Agro-alimentaire


Ce qu'il faut retenir

Situé au croisement de plusieurs secteurs d'activités, l'agro-alimentaire place la valorisation de l'activité agricole au centre de ses préoccupations. Plusieurs filières du Massif ont fait pour cela le choix de la valorisation des ressources locales, protégées par des signes officiels de qualité.

A un niveau individuel, et toujours dans un souci de qualité, de nombreuses exploitations agricoles et pastorales transforment elles-mêmes leur production et ont fait le choix d'une commercialisation en circuit-court.


Retrouvez ICI l'ensemble des cartes statistiques interactives de la thématique.

Le secteur agro-alimentaire pyrénéen recouvre toutes les initiatives économiques, commerciales, promotionnelles et patrimoniales qui valorisent ou permettent de valoriser les ressources agricoles du Massif pyrénéen via la maîtrise de la transformation (= activités de calibrage, nettoyage, découpe, assemblage, cuisson, séchage, conditionnement…) et/ou de la distribution de produits alimentaires.

Il se nourrit d’interactions constantes entre activités situées en zone Massif et zone hors Massif. A ce titre, et considérant l'ensemble de ses composants, il est difficile d'obtenir et de traiter des données de cadrage délimitant clairement le secteur.

Entreprises agricoles et filières:

La valorisation de l’activité agricole est un enjeu central. Face à ce constat, plusieurs filières du Massif ont fait le choix délibéré de la valorisation des ressources locales, garanties et protégées par la mise en place de signes officiels de qualité. Les valorisations sont très différenciées entre les fromages de brebis du Pays Basque, la viande bovine du Pays Catalan et les Pyrénées Centrales qui peinent à redresser la filière ovine. Un triptyque : Race – terroir – pratique d’élevage qui répond aux exigences croissantes des consommateurs et qui offre un produit de qualité identifiable.



exploit signe qualit massif 2010
Source : Etude « Pastoralisme, agriculture et territoires de montagne, vers une stratégie pyrénéenne partagée », ACAP

Il n'existe pas moins de 13 produits sous signes de qualité. Très peu d’entre eux intègrent une composante pastorale explicite dans leur cahier des charges (sauf pour l’AOC Mouton de Barège-Gavarnie et la CCP Rosée des Pyrénées).
Cette volonté de valoriser au mieux les produits s’étend au-delà des filières de qualité structurées puisque les initiatives individuelles se multiplient. Les volumes transformés varient considérablement mais néanmoins près de 10% des exploitations du massif transforment elles-mêmes tout ou partie de leur production (contre seulement 3% pour les exploitations pastorales) et 29% choisissent la commercialisation en circuits courts contre 36% pour les exploitations pastorales.

Les entreprises et l'emploi dans l'agroalimentaire :

La part des établissements de fabrication de denrées alimentaires, boissons et tabac représentait 2,7 % en 2009 et 2,5 % du total des établissements sur la zone massif en 2010, soit plus que la moyenne nationale de 1,7% en 2010 (Source : INSEE, Sirene).

C'est dans les territoires de l'ouest des Pyrénées-Atlantiques et de l'Ariège, et dans la vallée de l'Agly que les entreprises du secteur sont les mieux implantées.

Carte de la part des établissements fabriquant des denrées alimentaires selon les cantons du massif


Les outils structurants :

Bien que de manière non-exhasutive, la MAAP et l'APEM ont recensé et mis à disposition via un outil de localisation géographique une liste d'outils structurants, d'équipements collectifs ou privés qui offrent une prestation pour les éleveurs et agriculteurs du massif.
A ce jour ont été dénombrés 25 abattoirs, 29 ateliers de découpe, 44 structures de transformation (dont 6 végétale), 18 points de vente collectifs, et 6 saloirs collectifs à fromage (tous dans les Pyrénées-Atlantiques).

outils eleveurs