Actifs et emploi


Ce qu'il faut retenir

Depuis 1999, le massif a gagné des actifs et des emplois, ceci accompagné d'une baisse du taux de chômage. Ce gain d'emplois a majoritairement touché les villes principales, tandis que dans le même temps la moitié des communes ont un solde négatif.

La partie orientale du massif est nettement plus touchée par le chômage que la partie occidentale. De la même façon, le taux de chômage dans les Pyrénées est plus élevé que dans les autres massifs de France (hormis la Corse).



Avertissement : Les données disponibles sur l'emploi pour la zone massif stricto sensus datent du dernier recensement de population en 2008 ; les données de 2011 concernent les 89 cantons contenus pour tout ou partie dans la zone massif.
En 2008 la population âgée de 15 à 64 ans compte 306 450 personnes dans le massif des Pyrénées, soit 6% de plus qu'en 1999.
La population active des 15 à 64 ans a elle évolué de 8,5% depuis 1999, et elle est en 2008 au nombre de 213 828 dont :
- 88,7 % ont un emploi (soit 189 604 personnes occupées)
- 11,3% sont au chômage (soit 24 224 personnes)

Carte du taux de chômage dans les massifs français


La partie occidentale du massif affiche des taux de chômage bien moins élevés que la partie orientale (7,3% pour les Pyrénées-Atlantiques, 9,4% pour les Hautes-Pyrénées et 11,2% en Haute-Garonne, 12,4% en Ariège, 14,5% pour les Pyrénées-Orientales et 15% dans l'Aude). 
Néanmoins, le taux de chômage dans le Massif est passé de13,5% en 1999 à 11,3% en 2008

 

Carte du taux de chômage dans les cantons du massif

 

Les chiffres de Pôle Emploi pour la période 2009-2011 semblent toutefois indiquer un regain de chômage

nb offre et demandeurs emploi direccte

Entre 1999 et 2008, le massif des Pyrénées a gagné 16 766 emplois, soit une progression de 10,3%. Cependant, presque la moitié des communes du massif ont un solde négatif. Ce gain a profité essentiellement aux principales villes du massif et leurs banlieues (sauf Lourdes qui a perdu des emplois), ainsi qu'aux zones transfrontalières où le tourisme est important.

La part supplémentaire d'actifs occupés en 2008 (+19 945), nettement supérieure à la baisse des chômeurs (-2 405), indique que le gain de population active s'est fait en faveur d'une population ayant un emploi.

Le travail salarié concerne 79,7% des travailleurs du massif pyrénéen, contre 88% dans la France entière.
La part de travail salarié est équivalente pour chaque sexe, en revanche le temps partiel concerne 35,3% des femmes salariées, qui représentent 78,9% des travailleurs à temps partiel.

Carte de la part des actifs salariés dans les cantons du massif

Comparée à la répartition des secteurs d'activités pour la France entière, le massif pyrénéen se caractérise par l'importance des emplois dans l'agriculture, dans les services de proximité, de santé et d'action sociale. Il se caractérise aussi par la faible proportion d'emplois dans la conception et recherche, la gestion, le transport logistique et les prestations intellectuelles. Pour plus d'informations cliquez ICI.


evo_sect-act_1999-2008





Entre 1999 et 2008, les secteurs d'emploi de l'agriculture et de l'industrie ont perdu du terrain face au secteur tertiaire.





Néanmoins, une comparaison avec les chiffres nationaux reflètent la résistance des spécifités de l'emploi pyrénéen, caractérisé par l'emploi agricole, l'artisanat et les chefs d'entreprises.

actifs_selon_csp_2008
Cependant, le détail par département révèle de fortes disparités qui dressent un portrait plus contrasté du massif des Pyrénées.

comp-mobilite_2008




Les actifs pyrénéens sont peu mobiles, ils restent davantage dans leur commune ou leur département de résidence, et ils sont seulement 6,4% à sortir de leur département ou de leur région de résidence, contre 17,4% pour la France entière.




Les secteurs en tension en 2011 : il est intéressant de constater que la part des offres d'emploi dans le secteur de l'hébergement est presque 10 fois supérieure à celle des demandes, ainsi que pour le secteur "Activités de services administratifs et de soutien", et dans une moindre mesure pour le secteur "Fabrication textile, habillement, cuir et chaussure".
A l'opposé, le secteur "Culture et production animale" est en crise : pas une offre d'emploi déposée en 2011. Les secteurs "commerces de détail" et "autres activités de services", et dans une moindre proportion la construction et la restauration , ont aussi connu en 2011 des pénuries d'emplois au regard du nombre de demandeurs.
part comparee offre et dmde emplois 2011 direccte