Offre d'hébergement


Ce qu'il faut retenir

Le massif connait globalement une baisse de l'offre en logements touristiques classés (hôtels et campings), avec cependant de grandes variations selon les territoires.

En parallèle, le nombre de résidences secondaires construites ne cesse d'augmenter, même si leur part dans le nombre total de logements construits a légèrement diminué depuis 1999.



La capacité d'hébergement est l'un des indicateurs permettant de mesurer l'offre touristique d'un territoire. Elle se répartit entre les résidences secondaires, les hôtels et les campings (94% de l'offre en France), les centres de vacances et maisons d'hôtes complétant l'offre.
Dans les Pyrénées, la capacité d'hébergement est caractérisée depuis une dizaine d'années par une baisse sensible et régulière du nombre d'emplacements de camping et de chambres d'hôtel pour la majorité des territoires. Tandis que le nombre de résidences secondaires est en forte et constante augmentation sur l'ensemble du massif.

Hôtels et campings : une offre d'hébergement en baisse

Entre 2005 et 2011, le massif a perdu 142 hôtels classés, dont plus de la moitié dans les Hautes-Pyrénées.

Carte de la variation du nombre d'hôtels dans les cantons du massif entre 2007 et 2011


Carte de la variation du nombre de campings dans les cantons du massif entre 2007 et 2011

L'offre d'hébergement en hôtels et campings se concentre aux extrémités du massif, principalement dans les P.O. et dans les zones d'altitude (Hautes-Pyrénées notamment).
Du fait du poids de la ville de Lourdes, les Hautes-Pyrénées détiennent plus des 2/3 de l'offre de chambres d'hôtel, tandis que les Pyrénées-Orientales concentrent la majeure partie de l'off d'emplacements de camping, particulièrement dans le canton d'Argelès en bordure de mer et celui de Saillagouse. Les Hautes-Pyrénées, en particulier les cantons de Luz St Sauveur et d'Argelès-Gazost, rassemblent près du quart des emplacements de campings.

emplacements_camping_2011

evolution_offre_resid_2005-11


Entre 2005 et 2011, on note un effort notable en terme d'offre de camping dans les départements de l'Ariège et de l'Aude. Ce dernier étant le seul département qui a vu son offre augmenter pour les hébergements en chambres d'hôtel, alors que cette offre décline dans les 5 autres départements du massif.

Le phénomène de résidentialisation secondaire du massif se poursuit sans s'accentuer

Entre 1990 et 1999, 31 000 logements ont été construits dans le Massif, dont 18 500 résidences secondaires, soit 60 %. Globalement, la part des résidences secondaires a progressé de 18,6% dans le Massif entre 1990 et 1999 (contre 3,1% pour la France métropolitaine). Elles représentent le tiers du parc total de logements du Massif, contre environ 10% pour la France métropolitaine.

Entre 1999 et 2008, 43.000 logements supplémentaires ont été construits dans le Massif, dont 19.000 résidences secondaires, soit 44 %.
Le nombre des résidences secondaires a progressé de 16% dans le Massif entre 1999 et 2008 (contre 7 % pour la France métropolitaine). Elles représentent plus du tiers du parc total de logements du Massif, contre environ 10% pour la France métropolitaine, mais de grands écarts s'observent entre les zones.
L'augmentation du nombre de résidences secondaires, portée essentiellement par les P.O. et dans une moindre mesure par les Hautes-Pyrénées entre 1990 et 1999, s'est géographiquement déplacée dans les P.A. et s'est maintenue et même renforcée les Hautes-Pyrénées entre 1999 et 2008.

evol nb resid sec par dept
Une forte part de résidences secondaires n'est pas forcément synonyme de dynamisme ou de développement touristique. En effet, cela induit les risques :
- de logements inoccupés une grande partie de l'année, ce qui réduit le parc de logements pour d'éventuels nouveaux arrivants

- de réduction de la consommation d'une offre de logement payante (hôtels, gîtes, campings) au profit de maisons prêtées par exemple

Les gîtes et chambres d'hôtes
Le bilan de la saison estivale 2010 réalisé par la Confédération Pyrénéenne du Tourisme sur la « zone de montagne touristique pyrénéenne », plus restreinte que la zone massif (630 communes contre 1182), indique que l'hébergement privilégié des vacanciers est la formule gîte et chambre d'hôte, loin devant les hôtels et campings.
frequentation tours 2010 par type d heberg